Toute la communauté

Sociétaire, Dirigeant Pionnier

Michel Blasi

Dirigeant fondateur

 

« L’EFC nous a permis de mieux valoriser nos ressources immatérielles auprès d’une clientèle B2B élargie pour nos solutions intégrées de maintenance et de remise en état des bâtiments. Nous envisageons également de nouvelles formes de coopération dans un système d’acteurs plus large, jusqu’alors impossible à imaginer. »

  • Année de création : 2004 

  • Effectif : 50 personnes 

  • Secteurs d’activités :  Maintenance et remise en état des bâtiments – gestion globale de la réparation après sinistre.

  • Grasse, Alpes Maritimes, France

  • 7 millions d’euros (hors exceptionnel)

Pourquoi engage t'il le mouvement ?

La motivation de Michel Blasi à faire évoluer le modèle économique de Le SIS Groupe est grande. Elle tient notamment aux éléments suivants :

  • L’entreprise subit une pression écrasante de la part de certains acteurs au sein de sa chaine de valeur, créant une quasi impossibilité de valoriser ses savoir-faire et la qualité de ses prestations à leur juste valeur (bordereaux de prix imposés).
  • Il y a une distorsion croissante entre le faible niveau de prix imposé par ses donneurs d’ordre historiques et la qualité des ressources immatérielles développées et mises en œuvre par Le SIS Groupe. Si le groupe bénéficie d’une véritable reconnaissance du marché, au regard de la qualité des ses interventions et du savoir-être de ses équipes, en revanche la juste valorisation de ces ressources n’est pas au rendez-vous. Le SIS Groupe est contraint par des bordereaux de prix imposés et revus chaque année à la baisse alors que dans le même temps, le niveau de contraintes subi est croissant. Cela génère mécaniquement une érosion des marges ainsi qu’un épuisement des ressources humaines. Or, redonner à l’Humain sa place dans un rapport gagnant-gagnant est pour nous une absolue priorité. Les collaborateurs passionnés, investis et efficaces doivent continuer à trouver du plaisir dans leurs missions quotidiennes pour donner du sens à leur travail.
  • Le SIS Groupe vit dans un environnement hyperconcurrentiel mais se différencie par la richesse de son immatériel. Comment mieux le valoriser ?

Les étapes de la trajectoireLes étapes de la trajectoire

Etape 1

Michel Blasi décide dès le départ de s’engager dans le dispositif d’accompagnement avec sa collaboratrice Audrey Rochon, pour créer une dynamique collective en interne. Un important travail initial vise à décortiquer la chaine de valeur de Le SIS Groupe pour mieux comprendre les rapports de force et la dynamique au sein du système d’acteurs.

Etape 2 :raison d’être : « Préserver, assainir et embellir vos espaces de travail et de vie »

Un travail d’audit des ressources immatérielles montre combien l’entreprise dispose de pépites générant des externalités positives auprès de nombreux acteurs (clients, territoires sur lesquels se déroulent les interventions à travers les emplois sauvés, l’environnement préservé…).

Etape 3 : deux axes stratégiques émergent

  • d’une part, se positionner comme acteur de la fidélisation du client sinistré auprès de son assurance par une gestion professionnelle et efficace du sinistre, vécu par l’assureur comme une épreuve de vérité : si l’assuré est satisfait des travaux de réparation engagés, il renouvellera très probablement sa confiance auprès de son assureur, dans le cas contraire il résiliera son contrat.
  • D’autre part, se positionner comme acteur stratégique pour réduire la vulnérabilité des entreprises et du territoire face à un sinistre de grande ampleur (sinistre industriel, catastrophe naturelle). Ici, il ne s’agit plus d’intervenir pour limiter la privation de jouissance d’un logement mais bel et bien pour sauvegarder l’entreprise et ses emplois.

Etape 4 : Mise en place d’un groupe projet EFC en interne

Formée de 4 personnes, l’équipe se voit confier la mission d’explorer ces deux axes. Un projet pilote est monté autour d’une salle de sport ayant subi un incendie accidentel sur le premier axe (fidélisation), démontrant la pertinence de déployer une solution intégrée sur ce sujet.  Le second axe est analysé. Le mettre en œuvre requiert le déploiement d’un écosystème coopératif important. C’est à venir.

en quelques mots

 « L’EFC apporte une vision nouvelle, une posture nouvelle : décloisonner l’entreprise pour libérer les énergies créatives, développer simultanément le plaisir et l’efficacité, au bénéfice partagé de nos clients et de nos équipes. La construction progressive de ce modèle est tout d’abord déstabilisante mais très vite les premiers bénéfices apparaissent et personne n’a envie de revenir en arrière ».

Michel Blasi, SIS Groupe

site entreprise

les territoires d’immaterra

ImmaTerra sur les réseaux sociaux

Les actualités d’ImmaTerra